Saint Damien

fotodam50001Joseph De Veuster – le futur Père Damien – naît à Tremelo, en Belgique, le 3 janvier 1840 dans une famille nombreuse d’agriculteurs-commerçants. Alors que son père le destine à prendre la tête de l’exploitation familiale, Joseph décide de se consacrer à Dieu en entrant dans la Congrégation des Sacrés-Coeurs (dite de Picpus d’après le nom de la rue de Picpus à Paris où se trouvait la maison généralice). Son frère Pamphile l’y a précédé. En février 1859, il commence son noviciat à Louvain et il prend le nom de Damien.

En 1863, son frère Pamphile, qui devait partir pour la mission des îles Hawaii, tombe malade. Les préparatifs du voyage ayant déjà été faits, Damien obtient du Supérieur Général la permission de prendre la place de son frère. Il débarque à Honolulu le 19 mars 1864 où il est ordonné prêtre le 21 mai suivant. Dès son arrivée, il se jette, corps et âme, dans la rude vie de ‘missionnaire itinérant’ sur l’île de Hawaii, la plus grande de l’archipel.

Pour freiner la propagation de la lèpre, le gouvernement décide, en 1866, de déporter à Molokai, une île voisine, tous ceux et celles qui sont atteints de ce mal alors incurable. Leur sort préoccupe toute la mission. L’évêque, Mgr. Maigret sscc, en parle à ses prêtres. Pour ne pas les exposer à un péril mortel, il ne veut y envoyer personne au nom de l’obéissance. Quatre missionnaires se présentent: ils iront à tour de rôle visiter et assister les malheureux lépreux dans leur détresse. Le 10 mai 1873, Damien est le premier à partir. A sa demande et selon le désir des lépreux, il restera définitivement à Molokai.

fotodam60001Dans cet enfer du désespoir il apporte l’espérance. Il devient le consolateur des lépreux, le pasteur, le médecin des âmes et des corps, sans faire de distinction de race ni de religion. Il donne une voix aux sans-voix. Peu à peu, il construit une communauté dans laquelle la joie d’être ensemble et l’ouverture à l’amour de Dieu donnent de nouvelles raisons de vivre.

Atteint lui-même par la maladie en 1885, il peut s’identifier complètement à eux: « Nous autres, lépreux… »

Le Père Damien est, avant tout, un témoin de l’amour de Dieu pour les hommes. Il puise sa force dans l’Eucharistie, présence de Dieu au milieu des hommes, et dans l’adoration sans laquelle il n’aurait jamais pu tenir: « C’est au pied de l’autel que nous trouvons la force nécessaire dans notre isolement… » C’est là qu’il reçoit pour lui-même d’abord l’appui et l’encouragement, la consolation et l’espoir qu’il s’empresse de partager aux lépreux. Il peut alors se dire « le missionnaire le plus heureux du monde ».

Il meurt le 15 avril 1889. Sa dépouille mortelle est ramenée, en 1936, en Belgique et inhumée dans la crypte de l’église des pères des Sacrés-Coeurs à Louvain.

Sa renommée se répand dans le monde entier. Le premier procès en vue de sa béatification s’ouvre en 1938 à Malines (Belgique). Le Pape Paul Vl signe, le 7 juillet 1977, le Décret sur « l’héroïcité de ses vertus ».

En le Père Damien, l’Eglise le propose en exemple à tous ceux qui trouvent dans l’Evangile le sens de leur vie et qui veulent porter la Bonne Nouvelle aux plus pauvres de notre temps. En 1995, le Père Damien ètait béatifié par le Pape Jean Paul II à Bruxelles.

Le Bienheureux Damien fut canonisé le 11 octobre 2009 par le Pape Benoît XVI, à Rome.

 En savoir plus

  • Biographie du Père Damien de Veuster, ss.cc
    Tirée du livre « Petite Vie du Père Damien », Père Bernard Couronne, ss.cc, DDB (1994).