Favoriser l’accès à la culture

CDM_Carte_Benin

Le jeu et l’accès à la culture sont souvent considérés au Bénin comme une perte de temps. Nous avons en particulier constaté un vide dans le secteur de la lecture jeunesse et de toutes ses activités associées (théâtre, ateliers d’écriture, conte…). Or, la lecture, comme la culture, sont des moyens déterminants pour apprendre, enrichir son vocabulaire, ses connaissances et son imaginaire, s’approprier son environnement, construire sa vie. La Cité Damien, située dans une zone rurale, a choisi de proposer une pédagogie alternative en intervenant dans le champ du périscolaire avec cette visée pédagogique : « Vis tes rêves ! » A travers la mise en place d’un programme culturel, il s’agit de valoriser la transmission du savoir de façon transversale plutôt que verticale ; de susciter la participation active des enfants à travers une diversité d’activités stimulantes, celles-ci étant aussi l’occasion pour les enfants de discerner, puis d’affirmer leurs talents et leurs centres d’intérêts.

Le volet environnemental de la Cité Damien, par la mise en valeur esthétique du lieu, la propreté, la sensibilisation à une agriculture propre, l’éducation à construire du « beau », fait partie intégrante de la démarche pédagogique de la Cité Damien.

Ainsi, l’invitation à la créativité constitue une invitation à être à l’écoute de soi et du monde environnant – c’est-à-dire révéler le désir intérieur des enfants comme occasion de faire éclore leurs talents, mis au service, ensuite, de la construction du monde qui les entoure.

La Cité Damien se situe dans le village d’Agonsoudja (Sud du Bénin), dans une zone rurale à 15 minutes de piste en voiture du « goudron ».

Pourquoi un centre culturel ?

Animation sur la paroisse de Ménontin (2009)

Animation sur la paroisse de Ménontin (2009)

En juillet 2010, des enquêtes auprès d’acteurs de l’enfance en difficulté à Cotonou nous ont permis de constater que de nombreux organismes au Bénin mènent des actions de sensibilisation sur les grands thèmes touchant à l’enfance (scolarisation, excision, travail des enfants, etc.). Nous n’avons pas souhaité multiplier les initiatives sur ce terrain, mais plutôt agir en complémentarité. Or nous avons été confortés par le fait que, dans le secteur de la culture, peu de structures proposent aux enfants des activités qui leur permettent de s’occuper pendant leur temps libre.

> Télécharger la dernière newsletter

Trois défis à relever

Un défi pédagogique.  A travers la mise en place d’activités culturelles, il s’agit d’apporter une proposition structurée et organisée dans le champ du périscolaire pour la jeunesse. Ce travail doit s’accompagner d’une importante action de sensibilisation pour faire évoluer les représentations quand à la notion de « jeu » : celui-ci est en effet souvent considéré comme une perte de temps ; non pas comme un moyen de construction de soi, d’apprentissage de la vie en société, ou d’expression. Enfin, à travers cette proposition, il s’agit de valoriser la transversalité dans la transmission du savoir. Au Bénin, cette dernière est souvent « autoritaire » et basée sur le par-coeur ; moins sur la compréhension, le suivi ou la participation active des enfants.

Un défi culturel. L’accès à la culture pour les enfants et les jeunes est limité. Seuls quelques organismes proposent par exemple des bibliothèques jeunesse. Au titre des signes d’absence du livre dans l’éducation des enfants, on peut relever : les fautes d’orthographes, une écriture phonétique, un vocabulaire peu développé. En offrant un accès à la culture, il s’agit aussi d’apprendre à s’approprier son héritage culturel et son environnement, d’apprendre à réfléchir par soi-même à partir de traditions de pensée.

Un défi social. Nous avons constaté un analphabétisme fort et un échec scolaire important, notamment dans notre zone rurale. A titre d’exemples, nombre d’ouvriers tentent d’amener des enfants sur les chantiers sous prétexte qu’ils n’ont pas réussi à suivre à l’école. Or peu d’accompagnement est proposé à ses enfants pour identifier la cause de leurs difficultés (familiales, orthophoniques, autres). Par ailleurs, la connaissance du français n’est pas systématique, ce qui entraîne parfois des difficultés pour s’impliquer dans la société et évoluer dans son travail. Enfin, la Cité Damien veut être un lieu de croisement : croisement des origines sociales et culturelles des enfants, pour élargir les horizons et les réseaux.

Concrètement, la Cité Damien est :

  • Un espace pour les enfants avec la proposition : d’activités culturelles (musique, peinture, danse, lecture, théâtre…), d’accompagnement scolaire ou encore d’activités environnementales (club jardin-potager), dont l’objectif est de valoriser la transversalité dans l’acquisition des savoirs. Cet accueil se fera dans le cadre de centre de loisirs, de classe de nature, de colonies de vacances ou encore de journées découvertes en partenariat avec les écoles environnantes.
  • Un lieu de formation et de réflexion pour les adultes sur la notion d’éducation et de pédagogie. Cela passe par des formations type BAFA, des sessions thématiques alliant réflexion et pratique, ou encore des colloques.
  • A long termes, un lieu d’accueil pour les enfants des rues

=> La Charte de la Cité Damien

=> Le projet éducatif